HYDRAULIQUE VILLAGEOISE

LE PROGRAMME HV

Le Programme d’Hydraulique Villageoise (PHV) s’appelait initialement Service Hydraulique Villageoise. Depuis la restructuration du Comité Diocésain de Développement (CDD) en Comité Diocésain Développement des Activités Sociales (CODAS) Caritas de Garoua en 2003, il est devenu un Programme de cette nouvelle structure d’où sa dénomination actuelle.

PARCOURS DU PHV

Le PHV existe depuis 1996 et répond aux besoins des villages en matière d’approvisionnement d’eau potable dans la Région du Nord. De 1996 à 1999 il a fonctionné grâce à l’appui financier d’organismes privés (CCFD, FCIL, MISEREOR) et à la mise à disposition de personnels du MINEE du Nord. A partir de 1999, la contractualisation avec deux projets mis en œuvre par l’Union européenne (PDBB et PAPLO) a permis de renforcer l’assise du PHV : augmentation exponentielle des réalisations et recrutement des personnels en conséquence.
La compétence du PHV est actuellement reconnue dans sa zone d’intervention. A l’heure actuelle, près de 300 points ont été aménagés dont la majorité sont des puits modernes équipés de couvercles. Cependant, les trois dernières années ont été marquées par la réalisation de 20 forages et la réalisation d’une adduction d’eau à l’hôpital Notre Dame des Apôtres de Djamboutou.

Le PHV c’est :
–  quatre animateurs (dont deux femmes) qui sont à l’écoute des populations de l’Archidiocèse de Garoua pour tous les problèmes d’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement ;
–  quatre animateurs (dont deux femmes) qui sont à l’écoute des populations de l’Archidiocèse de Garoua pour tous les problèmes d’accès à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement ;
–  une quarantaine techniciens de puits et forages constitués par équipes de 2 personnes. Ces équipes sont constituées en GIC avec l’appui du PHV ;
–  un chauffeur chargé de l’approvisionnement des chantiers ;
–  magasinier chargé de la gestion logistique ;
–  Un technicien du Génie Rural et civil pour la conception des plans et contrôle qualité des travaux
–  un coordinateur qui assure la coordination du Programme, l’appui technique et la gestion humaine et financière du service.

UNE EQUIPE COMPÉTENTE POUR UNE APPROCHE PARTICIPATIVE.

Garantir un accès durable à l’eau potable, à l’hygiène et à l'assainissement.

OBJECTIF DE LA COMPOSANTE ACCÈS A L’EAU POTABLE

A L’HYGIENE ET A L’ASSAINISSEMENT POUR LA PHASE TRIENNALE
2015—2017 : La réalisation des puits : une compétence affirmée au sein du PHV
Le PHV est un des principaux intervenants reconnu dans sa zone d’intervention pour la construction des puits mais aussi de plus en plus dans le domaine de construction et de réhabilitation des forage.  Désormais ce sont 15 chantiers qui peuvent être menés de front pour plus d’une trentaine de réalisations par an. Un accent particulier a été mis sur la responsabilisation des équipes avec un chef puisatier et un aide, véritables professionnels dans leur domaine d’activités.
La participation des populations : une condition sine qua none.
En situation d’absence de subvention, la participation des populations représente 100% de la valeur de l’ouvrage sollicité . Dans la plupart des cas, celle-ci se matérialise par un apport de main-d’œuvre pour rassembler les matériaux de construction et réaliser les premières étapes de construction. Avant d’entreprendre des travaux de construction, un protocole de collaboration est établi entre le PHV et la communauté rurale. Ce contrat définit les termes de la participation de la population et les engagements du PHV.

L’action des animateurs est surtout axée sur la sensibilisation des populations à la nécessité d’utiliser quotidiennement une eau potable. En effet la présence d’un point d’eau n’est pas la garantie absolue pour avoir de l’eau propre à la maison. Le PHV a donc opté pour une action de formation continue –du point d’eau au saré – afin de réduire les points potentiels de pollution. Les femmes sont bien sûr un public prioritaire puisque ce sont elles qui sont généralement responsables de l’approvisionnement en eau de la famille. Le fait d’avoir une animatrice dans l’équipe facilite le contact. Ainsi, suite aux séances d’animation /formation en grands groupes pour expliquer les maladies provoquées par un défaut d’hygiène de l’eau et présenter les méthodes permettant d’en améliorer la qualité, l’animatrice assure un suivi dans les sarés.

Un important travail de sensibilisation est réalisé autour des pratiques à développer lors des phases d’exhaure, transport et stockage de l’eau. Les populations sont par exemple incitées à utiliser des puisettes collectives installées sur le couvercle des puits afin d’éviter que les récipients et cordes sales ne viennent contaminer l’eau. Ce travail de formation est prévu sur le long terme car il s’agit de faire évoluer les comportements individuels, d’aider à la prise de décision et à la gestion collective. De cette manière, nous espérons pérenniser certaines pratiques comme le traitement de l’eau à la maison ou le remplacement des puisettes par exemple. Outre cette action permanente sur l’ensemble de leur zone d’intervention, les animateurs constituent un relais incontournable de l’équipe technique auprès des populations. L’Archidiocèse de Garoua couvrant toute la Région du Nord, celui-ci étant caractérisé par une forte croissance démographique, l’accès à l’eau potable passe inévitablement par la construction de nouveaux points d’eau.

PROTOTYPE DES OUVRAGES RÉALISÉS

Compte tenu du faible taux de couverture des besoins dans la zone, les points d’eau sont fortement exploités. Le PHV en a tenu compte et cherche par conséquent à réaliser des points d’eau qui peuvent fournir au moins 5 m3 par jour.
Les plans de construction des ouvrages suit les recommandations actuellement en vigueur au Cameroun :
Pour les puits
–  un cuvelage de 1,40m de diamètre est coulé sur toute la hauteur du sol instable ;
–  le reste de la hauteur du puits est monté avec des buses préfabriquées de 1m de diamètre intérieur. Les 5 m inférieurs de la colonne de buses sont crépinés et entourés de gravier filtre et constituent le captage du puits ;
–  la superstructure comprend une margelle de 0,8 m de haut, une dalle de 1,20 m de large entourée d’un canal de récupération des eaux perdues ;
–  ce canal se prolonge à l’extérieur de la dalle sur 6 à 12m et vient se déverser dans un réservoir de 200 à 1000 litres. Le réservoir sert à stoker les eaux perdues. Il peut aussi être utilisé comme lavoir ou abreuvoir selon les besoins de la population ;
–  le puits est fermé par un couvercle à deux battants munis de barres antifriction pour éviter l’usure prématurée des cordes de puisettes.

Tel : +237 696 02 49 50 / 675 17 08 98

E-mail : phv@codascaritasgaroua.org 

Contact
+ 237 222 27 13 44

Centre Jean Paul II, derrière la Maison des Jeunes et de la Culture (face Lycée Bilingue de Garoua)